PRINTEMPS

L’espoir d’une nouvelle récolte

Les premiers jours du printemps sont un rendez vous à ne pas manquer dans les vignes de Château Virant. Le débourrage de la vigne est une vraie merveille sur les terres du domaine. Les premiers à oser sortir de l’hiver sont les Chardonnay, tandis que les autres cépages suivront tour à tour : Sauvignon, Syrah, Grenache, Cabernet etc. Ce sont alors des myriades de jeunes pousses qui agrémentent les rangs du vignoble, donnant des allures de gazon anglais à ces grandes étendues de vignes.

Vient alors le temps de préparer les sillons pour les plantations. Chaque année, quelques hectares sont plantés et sur certaines parcelles, des pieds sont renouvelés. Notre but est de maintenir un vignoble équilibré, structuré, toujours productif, et bien sûr parfaitement entretenu. Quel beau travail que celui de la plantation, la précision du meneur pour un alignement parfait, le pied qui enfonce le plantoir pour créer le berceau, le bâton de vigne déposé puis recouvert de terre, l’arrosage dans une conque parfaite…. Un beau travail d’équipe.

Au niveau des vignes, le printemps ne laisse pas de répit : l’ébourgeonnage, appelé aussi éclaircissage, est suivi du palissage. Cette étape consiste à positionner les futurs sarments sur les fils afin qu’ils prennent le soleil et portent de splendides et gourmandes grappes. Il faut se presser car nous ne sommes jamais à l’abri d’un puissant coup de Mistral qui pourrait casser les jeunes pousses et endommager la future récolte

L’art de l’assemblage

Dans son « Dictionnaire amoureux du vin », Bernard Pivot s’interroge sur la complexité des assemblages dans l’aire d’appellation des Coteaux d’Aix en Provence. Qu’il s’agisse des rouges, des rosés ou des blancs, les règles sont strictes et sévères. A Château Virant, nous sommes très vigilants aux assemblages de nos vins et y consacrons de nombreuses heures. Il s’agit de deviner le potentiel des Syrah, Grenache, Carignan et Cabernet pour élaborer les meilleurs vins rouges, d’apprécier le fruité de ces mêmes cépages lorsqu’ils sont vinifiés en rosé, de mettre en valeur Rolles, Sauvignon, Bourboulenc, Ugni blanc pour les blancs.

Derrière les vins de la propriété se cachent les membres de la famille Cheylan et avec eux la passion, la générosité et le savoir faire de vignerons chevronnés et aguerris. Chaque cépage est dégusté séparément. Selon la puissance aromatique des uns et des autres, chacun sera assemblé pour élaborer les vins de la nouvelle année. Cette concertation garantit le goût, la typicité et le caractère unique des vins de Château Virant.

Le printemps est aussi le moment de la mise en bouteilles. Tous les vins qui ont terminé leur élevage sont soigneusement transférés en bouteilles suivant un processus précis et soigneux. Ce travail est la toute dernière touche que nous portons à nos vins et l’ultime marque de fabrique de la maison Château Virant.

ÉTÉ

La récolte : le moment de vérité

Le climat méridional a ceci de particulier qu’il tient toutes ses promesses. Quand on parle d’un été chaud et sec, c’est peu dire dans notre coin de Provence ! De fait, les travaux de la vigne sont bien plus avancés que dans les régions viticoles de France plus septentrionales. Dès le début du mois d’août, nous vendangeons les précoces Chardonnay. Mi-août, ils sont déjà tous en cuves. A titre de comparaison, les bourguignons ramassent leur Chardonnay vers la mi-septembre.

L’aire géographique des vignes de Château Virant bénéficie d’un micro climat, l’un des plus arides de France. Les vignes seraient à la peine sans un réseau de goutte à goutte adapté à l’ensemble du vignoble. C’est la maturité des raisins qui est en jeu et par voie de conséquence, la qualité du vin.

A Château Virant, nous récoltons les raisins à l’aide de deux machines équipées d’égrappoirs. Cela permet une flexibilité et un confort de travail : pas d’urgence, le raisin est récolté à maturité idéale. Les dernières vignes en gobelets sont ramassées par notre équipe de vendangeurs. Les raisins seront ensuite mis en cuves et ainsi la macération intra pelliculaire peut commencer. Les 130 hectares du vignoble de Château Virant sont ainsi mis soigneusement en cuves avant le 22 septembre, jour de l’automne.

La naissance d’un vin de légende

Contrairement à ce que l’on peut imaginer, les vendanges n’ont pas de date fixe comme peuvent l’avoir les solstices d’été et d’hiver. A l’instar de nombreuses régions viticoles de France où le mois de septembre coïncide avec les vendanges, à Château Virant c’est le mois d’août qui tient lieu de décor pour ce temps de récolte. Avec les chaleurs estivales, éprouvantes parfois étouffantes, la température des raisins peut atteindre jusqu’à 30°C en journée. Alors pour conserver toute la fraîcheur des fruits et limiter au maximum les pertes aromatiques liées aux fortes températures, les machines à vendanger et les hommes s’activent dès 3 heures du matin.

Pour l’élaboration des vins rosés et blancs, les raisins passent dans un tube de 75 mètres de long, à l’intérieur duquel est disposée une membrane remplie d’eau froide. La vendange est ainsi rafraîchie aux alentours de 15/16°C et envoyée au pressoir. Tous les arômes des fruits sont ainsi conservés. Une des marques de fabrique des vins de Château Virant est certainement cette fraîcheur remarquable qui donne l’impression de croquer dans des fruits directement cueillis au verger…

Toujours avec l’objectif d’obtenir des vins fruités, les débourbages des vins blancs et des vins rosés sont assez longs afin extraire le plus d’arômes possible. Les fermentations de ces derniers se font à froid, entre 12 et 16°C.

A l’inverse, pour les vins rouges, les raisins vont directement en cuves et fermentent entre 20 et 25 °C. Ils bénéficient d’une longue période de macération au cours de laquelle les tanins sont mis en contact avec l’oxygène afin de les arrondir et de leur assurer une stabilité optimale dans le temps.

AUTOMNE

Les flamboyantes couleurs de la vigne

L’automne confère aux vignes de Provence des parures dignes des tableaux de Paul Cézanne. Le peintre Aixois aurait sans nul doute choisi cette saison pour peindre le vignoble de Château Virant, tant les couleurs qui s’y succèdent sont flamboyantes. Le rouge vif des Carignan s’entremêle avec le doré des Grenache, tandis que les Cabernet conservent longtemps leur manteau vert foncé.

Quel plaisir pour les yeux !

Coté culture, les vendanges ont cédé la place à l’entretien des terres, qui en ont bien besoin. Un peu comme si les vignes avaient disputé une finale de rugby éprouvante et avaient bien mérité leur repos. Le temps est venu pour nous d’appliquer une fumure de fond. Cela va permettre de renforcer le vignoble qui s’est grandement dépourvu de ses forces pour fournir les grappes de raisins. C’est en outre une manière de remercier la vigne pour les fruits qu’elle nous a donné, en la récompensant pour tous ses efforts.

En prévision des plantations printanières, c’est le temps de préparer la terre : le « défoncement » permet de la nettoyer des racines anciennes et de faire place nette aux futurs plants. Elle se reposera ensuite durant tout l’hiver.

Dans le vignoble, les ceps vont peu à peu se dénuder de leurs dernières feuilles et s’enfouir dans les heures hivernales qui approchent à grands pas.

L’intimité de l’élevage d’un grand vin

L’automne qui s’agite est la période où la France du vin construit son prestige. La vinification est en effet ce temps où les vignerons font passer leurs raisins de l’état de jus de fruits, à celui de grands crus. A Château Virant, l’automne correspond à la mise en barriques des vins rouges et blancs. Suivant la méthode dite « bourguignonne », nous laissons la fermentation malolactique (diminution de l’acidité du vin) des vins rouges s’effectuer en barriques. Cela permet de gagner puissance et stabilité, deux qualités reconnues aux vins du domaine. Cette méthode demande toutefois beaucoup de travail et d’attention, mais elle assure au vin rondeur, gourmandise et fruité. 12 à 14 mois seront nécessaires pour un élevage optimal et pour apporter « la touche Château Virant ».

Quant au vin blanc Prestige, il ne passe que 9 à 10 mois dans les fûts de chêne. Afin de lui donner du gras et des arômes plus puissants tout en conservant sa finesse si particulière, il effectuera sa fermentation alcoolique et malolactique dans la barrique, puis sera élevé sur lies.

Reste l’étape du soutirage. Le soutirage est l’opération qui consiste à séparer le vin des lies sur lesquelles il a passé les premiers jours de son existence, et de conserver ainsi seulement la partie liquide. Le vin extrait du soutirage n’est pas encore brillant, mais déjà son bouquet et sa teinte sont remarquables et annoncent l’excellence et le prestige d’un grand vin.

HIVER

Les murmures de la vigne

Quand on se promène dans les vignobles provençaux l’hiver, c’est un alignement de bois qui se dressent sur des rangs monotones. Une vigne en hiver, assurément c’est triste. A Château Virant, la règle ne fait pas exception. Cette saison est cependant une période bénie pour la vigne toute entière qui se repose enfin.

Les seules actions de l’homme en hiver sont le pré taillage qui consiste à raccourcir les sarments pour faciliter le travail de la taille qui suivra prochainement.

La taille est un exercice rigoureux, qui demande maîtrise et raisonnement. Il faut en effet sélectionner les bois qui resteront et qui porteront les futurs sarments, structurer le cep pour la prochaine récolte et pour les années à venir, anticiper l’évolution du pied pour l’aider à bien se développer. C’est donc une affaire de connaisseur. Seuls sur la parcelle, avec un Mistral glacial qui n’épargne aucun centimètre carré de peau, les hommes font preuve d’une grande abnégation pour venir à bout des 130 hectares du domaine. Courageux, ils ont appris ce travail et chaque année le reproduisent avec conviction. Cette équipe est la première pierre du solide édifice de la maison Château Virant. Elle est la première garante de la qualité du vignoble et des vins produits. Son travail est précieux et contribue au renom de notre domaine. Le vin de Château Virant, c’est avant tout une histoire d’hommes, et nous en sommes fiers.

Les chuchotements de la cave

L’hiver succède à l’automne comme la filtration succède aux fermentations. Cette opération concerne les vins qui n’évolueront pas en barriques, soit près de 80 % des vins de Château Virant. Pour les vins blancs ou rosés, nous les filtrons sous atmosphère inerte afin de les clarifier. Toutes les « particules élémentaires » présentes dans le vin sont retenues pour laisser seulement la partie liquide que l’on désire la plus limpide et brillante possible. Pour les vins rouges, afin de respecter leur structure, nous les laissons lentement décanter et ne réalisons qu’une filtration légère avant la mise en bouteilles.

C’est l’âme de nos vins qui se joue ici, c’est le peaufinage des vins que nous réalisons avec minutie et patience. Sur les 10 000 hectolitres que nous allons clarifier il faudra être patient et précis. La précision de ce travail justement assure une constance dans la qualité, une pérennité du vin et la satisfaction de notre clientèle qui recherche le côté cristallin et la fraîcheur aromatique.

La cave suit ainsi le cours de la saison avec calme et quiétude. C’est au cœur de l’hiver que nous façonnons nos vins et nous préparons aux concours printaniers qui récompenseront les efforts fournis dans les heures les plus froides de l’hiver.